Le temps et les saisons

 

L’histoire du climat devient un objet de recherche historique à partir des années 1960, grâce notamment aux travaux pionniers d’Emmanuel Leroy Ladurie, suivis de la parution de plusieurs ouvrages en France et en Angleterre. Mais le climat que Mme de Staël considérait comme un des facteurs déterminants de la création, est-il pour autant une problématique littéraire ? Interroger le temps qu’il fait, observer le cours des saisons sont pourtant des grands thèmes de la littérature. Les phénomènes météorologiques accompagnent la vie des grands de ce monde comme celle des petits. Les considérations sur l’air, le temps et les saisons occupent les auteurs de toutes les époques. La renaissance du printemps, la joie de l’été, la nostalgie de l’automne, l’horreur de l’hiver, autant de topoï utilisés depuis les troubadours jusqu’aux romantiques. La rhétorique des saisons où la description du temps désignée comme un argumentum a tempore, se transforme en une poétique des saisons où la nature prend les couleurs changeantes du ciel et de la terre. Les thèmes contrastés du printemps et de l’hiver sont à mettre en rapport avec ceux de la fécondité et de la stérilité, de la jeunesse et de la vieillesse, de la vie et de la mort. Le nombre symbolique des quatre saisons, le découpage de l’année en périodes, établit par ailleurs une relation étroite entre l’homme et l’univers, illustre l’attitude de l’homme envers le temps et traduit le besoin humain d’en maîtriser le cours, d’en apprivoiser le passage. L’homme est-il maître du temps où bien –  au contraire –  y-a-t-il des règles à respecter en fonction du temps qu’il fait ? Si l’alternance des saisons, leur cours naturel qui rythme la vie de la nature et la vie humaine, reflète l’harmonie du monde, la question est de savoir que signifie et comment se manifeste dans la littérature le bouleversement des climats. L’indifférenciation des saisons, signe d’une corruption des hommes, annonçant la fin des temps, est un sujet connu depuis le Moyen Âge.

Nous voudrions consacrer le prochain numéro de Studia Romanica Posnaniensia au grand thème du temps et des saisons dans la littérature française, belge et suisse francophones. Nous invitons les auteurs à réfléchir sur la représentation des phénomènes météorologiques dans la poésie comme dans la prose. À l’époque où la ronde des saisons se trouve perturbée, ce thème nous semble particulièrement intéressant et – paradoxalement – toujours actuel comme l’est l’immortel refrain de Villon : « Mais où sont les neiges d’antan ?».

Les articles doivent être rédigés en français (25 000 signes, espaces comprises). Ils seront soumis à l’évaluation par deux experts indépendants.

Calendrier

Soumission des propositions (résumés d’articles) : 15 avril 2020

Communication de l’acceptation des propositions d’articles : 15 mai 2020

Soumission des articles complets :  15 août 2020

Retour des évaluations : octobre 2020

– Soumission des articles révisés : 1er décembre 2020

Publication : mars 2021

 Les propositions d’articles (nom, prénom, affiliation, adresse électronique de l’auteur, titre de l’article, résumé max. 300 mots) sont à envoyer aux deux adresses suivantes : annaloba@amu.edu.pl, joanna.teklik@amu.edu.pl

Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail.

Les articles soumis à la publication doivent respecter les consignes de rédaction que vous trouverez à l’adresse suivante :

http://pressto.amu.edu.pl/index.php/srp/about/submissions