Le Rayon vert de Jules Verne. La confrontation ironique des discours météorologiques

Main Article Content

Karin Becker

Abstrakt

Jules Verne’s Le Rayon vert (1882) is at the same time a scientific novel and a love story, a repertory of knowledge and a criticism of clichés. Telling the amusing attempts of a little group of travelers that tries in vain to catch sight of the “green ray” – the last impression of sunset – on the horizon from the Scottish coast, the author confronts in an ironical way different stereotypical discourses about weather phenomena which coexist in the bourgeois society of the late 19th century. Verne mocks equally scientific, folkloristic and romantic ideas about meteorological observations and uses these opposite explications of the mysteries of nature to characterize his protagonists and to develop the suspense of the narration.

Downloads

Download data is not yet available.

Article Details

Jak cytować
Becker, K. (2021). Le Rayon vert de Jules Verne. La confrontation ironique des discours météorologiques. Studia Romanica Posnaniensia, 48(1), 55-67. https://doi.org/10.14746/strop.2021.481.005
Dział
TABLE DES MATIÈRES

Bibliografia

  1. Becker, K. (2012a). Discours météorologiques et discours littéraires en France, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. In K. Becker (Ed.), La Pluie et le beau temps dans la littérature française. Discours scientifiques et transformations littéraires, du Moyen Âge à l’époque moderne (pp. 15-56). Paris : Hermann.
  2. Becker, K. (2012b). La fascination du nubigène. Les discours sur les nuages dans la littérature française. In K. Becker (Ed.), La Pluie et le beau temps dans la littérature française. Discours scientifiques et transformations littéraires, du Moyen Âge à l’époque moderne (pp. 57-120). Paris : Hermann.
  3. Becker, K. (2016). La symbolique du feu et de la flamme dans la littérature. Linguae &. Rivista di lingue e culture moderne, 15/1, 9-28. Retrieved from http://www.ledonline.it/index.php/linguae/article/view/959.
  4. Becker, K. (2018). Les vapeurs des écrivains : les nuages et le brouillard dans la littérature française du XIXe siècle. In P. Glaudes & C. Klettke (Eds.), Nuages romantiques. Mise en fiction et traitement esthétique (pp. 109-137). Berlin : Frank & Timme.
  5. Becker, K. & Leplatre, O. (2014). Introduction. La brume et le brouillard – deux « météores » énigmatiques dans l’histoire de la science, de la littérature et des arts. In K. Becker & O. Leplatre (Eds.), La brume et le brouillard dans la science, la littérature et les arts (pp. 11-56). Paris : Hermann.
  6. Becker, K. & Leplatre, O. (in press). Souterrain. In Ph. Cométy & J. Lamy (Eds.), Dictionnaire Littérature et nature.
  7. Belleguic, Th. (2003). Diderot et le temps qu’il fait : portrait de l’écrivain en météorologue. Tangence, 73, 9-37.
  8. Belleguic, Th. & Vasak, A. (2013). Introduction. « Météore » : brève enquête sur le mot et la chose. In Th. Belleguic & A. Vasak (Eds.), Ordre et désordre du monde. Enquête sur les météores, de la Renaissance à l’âge moderne (pp. 1-26). Paris : Hermann.
  9. Bonn, K. (2014). Vom grünen Leuchten, vom grünen Licht und vom Zufall – Jules Verne, Eric Rohmer und F. Scott Fitzgerald. Philologie im Netz, 70. Retrieved from http://web.fu-berlin.de/phin/phin70/p70t1.htm.
  10. Burgaud, Ph. (1996). La bibliothèque scientifique de Jules Verne. In D. Jacquart (Ed.), De la science en littérature à la science-fiction (pp. 129-136). Paris : Éditions du CTHS.
  11. Burke, E. (1792). A Philosophical Inquiry Into the Origin of Our Ideas of the Sublime and Beautiful. Basil : J.J. Tourneisen.
  12. Chevrier, A. (1999). La « Folie du vert » : un cas de vision monochrome chez J. Verne. Bulletin de la Société Jules Verne, 131, 25-29.
  13. Compère, D. (1996). Le jeu avec les références scientifiques dans les romans de Jules Verne. In D. Jacquart (Ed.), De la science en littérature à la science-fiction (pp. 137-146). Paris : Éditions du CTHS.
  14. Compère, D. (2005). Jules Verne, parcours d’une oeuvre. Amiens : Encrage.
  15. Compère, D. (2013). La Science romanesque de Jules Verne. Amiens : AARP – Encrage édition.
  16. Corbin, A. (Ed.) (2013). La pluie, le soleil et le vent. Une histoire de la sensibilité au temps qu’il fait. Paris : Aubier.
  17. Crovisier, J. (2005). L’astronomie de Jules Verne. In Ph. Mustière & M. Fabre (Eds.), Jules Verne. Les Machines et la Science (pp. 66-73). Nantes : Coiffard.
  18. Dehs, V. (2005). Jules Verne. Eine kritische Biographie. Düsseldorf und Zürich : Artemis & Winkler.
  19. Derivery, F. (1994). Pulsions et inscriptions dans deux romans de Jules Verne. Paris : E.C. Éditions.
  20. Dufour, L. (1982). Météorologie et littérature – Le rayon vert dans la littérature française. Ciel et Terre, 98, 122–123.
  21. Dupuy, L. (2013). Jules Verne : la géographie et l’imaginaire. Aiglepierre : La Clef d’Argent.
  22. Evans, A.B. (1996). Literary Intertexts in Jules Verne’s Voyages Extraordinaires. Science Fiction Studies, vol. 23, no. 69, 171-187.
  23. Frappa, É. (2019). Jules Verne et le mystère du rayon vert. Bulletin de la Société Jules Verne, 198, 77–89.
  24. La Soudière, M. de (1999). Au bonheur des saisons. Voyage au pays de la météo, Paris : Grasset.
  25. Laszlo, P. (1996). Le savant fou chez Jules Verne. In D. Jacquart (Dir.), De la science en littérature à la science-fiction (pp. 117-128). Paris : Éditions du CTHS.
  26. Le Lay, C. & Tirard, S. (2011). Le climat sans dessus dessous. In Ph. Mustière & M. Fabre (Eds.), Rencontres Jules Verne. Science, technique et société (pp. 195-203). Nantes : Coiffard.
  27. Le Roy Ladurie, E., Berchtold, J. & Sermain, J.-P. (Eds.) (2007). L’Événement climatique et ses représentations (XVIIe-XIXe siècle). Histoire, littérature, musique et peinture. Paris : Desjonquères.
  28. Le Scanff, Y. (2007). Le Rayon vert et le problème de la représentation romanesque. In Ch. Reffait & A. Schaffner (Eds.), Jules Verne ou Les inventions romanesques (pp. 249-262). Amiens : Encrage.
  29. Michel, A. (1980). Jules Verne et la science romantique. In Jules Verne, écrivain du XIXe siècle (2). Jules Verne : filiations, rencontres, influences (pp. 117-123). Paris : Minard.
  30. Picot, J.-P. (1992). Le conteur et le compteur ou Jules Verne entre science et sentiment. In F. Raymond (Dir.), Jules Verne 6. La science en question (pp. 57-83). Paris : Minard.
  31. Porcq, Ch. (1990). Helena Campbell et ses filles, ou les rayons du Rayon vert. Bulletin de la Société Jules Verne, 93, 40-44.
  32. Pourvoyeur, R. (1990). Une autre lecture du Rayon vert. Bulletin de la Société Jules Verne, 93, 33-37.
  33. Ramponi, P. (2015). Wetterfühligkeit und Diätetik. Skizzen zur literarischen Wissensgeschichte eines kulturellen Symptomleidens 1800/1900. In K. Becker, V. Moriniaux & M. Tabeaud (Eds.), L’alimentation et le temps qu’il fait – Essen und Wetter – Food and Weather (pp. 39-56). Paris : Hermann.
  34. Raymond, F. (1994). Au rendez-vous des artistes : Le Rayon-Vert. In P. Avrane, Ch. Chelebourg, J. Nassif & F. Raymond (Eds.), Jules Verne 7. Voir du feu. Contribution à l’étude du regard chez Jules Verne (pp. 101-116). Paris : Lettres modernes.
  35. Reichler, Cl. (2012). Météores et perception de soi : un paradigme de la variation liée. In K. Becker (Ed.), La Pluie et le beau temps dans la littérature française. Discours scientifiques et transformations littéraires, du Moyen Âge à l’époque moderne (pp. 213-236). Paris : Hermann.
  36. Robin, Ch. (2008). La description des météores : un haut moment de vulgarisation dans les Voyages extraordinaires. In Ph. Mustière & M. Fabre (Dir.), Rencontres Jules Verne. Le partage du savoir (pp. 57-64). Nantes : Coiffard.
  37. Roboly, D. (2005). Jules Verne ou la science au service du merveilleux. In Ph. Mustière & M. Fabre (Eds.), Jules Verne. Les Machines et la Science (pp. 168-175). Nantes : Coiffard.
  38. Sadaune, S. (1999). Jules Verne, des Cinq Cent Millions de la Bégum au Rayon-Vert ou la démythification de l’idée traditionnelle de « progrès ». Bulletin de la Société Jules Verne, 130, 14-21.
  39. Sadaune, S. (2004). Les 60 « Voyages extraordinaires » de Jules Verne. Rennes : Ouest-France.
  40. Saint Girons, B. (2005). Le Sublime, de l’Antiquité à nos jours. Paris : Desjonquères.
  41. Schaaf, F. (2006). Der grüne Blitz. Astronomie Heute, Dezember, 30-34.
  42. Schneider, S. (2010). Enzyklopädie, wissenschaftliche Beobachtung, Beschreibung. Drei Formen von Objektivität und ihre ironische Vermittlung in Vernes Romanen De la Terre à la Lune und Autour de la Lune. In N. Bender & S. Schneider, Steffen (Eds.), Objektivität und literarische Objektivierung seit 1750 (pp. 99-120). Tübingen: Narr.
  43. Serres, M. (1994). Atlas. Paris : Julliard.
  44. Vasak, A. (2008). Météorologies. Discours sur le ciel et le climat, des Lumières au romantisme. Paris : Champion.
  45. Verne, J.J. (1973). Jules Verne. Paris : Hachette.
  46. Verne, J. (2005). Le Rayon vert. Paris : Librairie Générale Française.