Besoins communicatifs en L1 comme source d'erreurs sociolinguistiques en LE chez les étudiants débutants en philologie romane

Main Article Content

Jolanta Zając

Abstrakt

Speaking foreign language does not imply only mastering its lexical and morphosyntactic code, but, more importantly, learning to conceptualize differently the world around us. One of major sources of deviations in L2 is due to a very poor mastery of conventional structures (formulaic competence), an incorrect linguistic profiling and the confusion between the synthetic and analytical character of the L1 and the L2 (here Polish and French). Beginners in Romance philology often fall into a trap when trying to verbalize in a written form their communicative intentions. We propose here to analyze their sociolinguistic and sociocultural mistakes in order to imagine a course of remedial teaching.

Downloads

Download data is not yet available.

Article Details

Dział
ARTICLES

Bibliografia

  1. Alber, J.-L., Py B. (1986). Vers un modèle exolingue de la communication interculturelle : interparole, coopération et conversation, Études de linguistiaue appliquée, 61, in : Cuq J.-P. (2003). Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde, Paris : Cle International.
  2. Bawej, I. (2008). Błąd leksykalny jako skutek procesów interferencyjnych. Poradnik metodyczny dla dydaktyków języka niemieckiego, Bydgoszcz : Wydawnictwo Uniwersytetu Kazimierza Wielkiego.
  3. Bouton, Ch.-P. (1974). L’acquisition d’une langue étrangère. Aspects théoriques et pratiques. Conséquences pédagogiques essentielles, Paris : Editions Klincksieck.
  4. Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (2001), Paris : Didier.
  5. Corder, S.P. (1967). The significance of learner’s errors, International Review of Applied linguistics, 5(4), in : Cuq J.-P. (2003). Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde, Paris : Cle International.
  6. Cuq, J.-P. (2003). Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde, Paris : Cle International.
  7. Dirven, R., Radden, G. (2006). La base cognitive du langage : langue et pensée, in : Linguistique cognitive. Comprendre comment fonctionne le langage, dir. N. Delbecque (pp.17-46), Bruxelles : De Boeck-Duculot.
  8. Dezutter, O., Poirier, V., Bleys, F., Cansigno, Y., Flores, O., Silva, H. (2010). Le rapport à l’écriture en français langue étrangère. Le cas des étudiants universitaires, in : Faire vivre les identités : un parcours en francophonie, dir. J.P. Cuq et P. Chardenet (pp. 157-164). Editions des archives contemporaines et Agence universitaire de la Francophonie.
  9. Florczak, J. (2010). Językoznawcze aspekty modelu kształtowania kompetencji języka obcego, Łódź : Wydawnictwo Uniwersytetu Łódzkiego.
  10. Mangenot, F., Penilla F. (2009). Internet, tâches et vie réelle, in : Rosen E. (éd.), La perspective actionnelle et l’approche par les tâches en classe de langue, Recherches et applications 45, in : Ollivier Ch. (2010). Ecriture collaborative en ligne : une approche interactionnelle de la production écrite pour des apprenants acteurs sociaux et motivés, Revue française de linguistique appliquée, XV, 121-137. Marquilló Larruy, M. (2003). L’interprétation de l’erreur, Paris : Cle International/VUEF.
  11. Ollivier, Ch. (2010). Écriture collaborative en ligne : une approche interactionnelle de la production écrite pour des apprenants acteurs sociaux et motivés, Revue française de linguistique appliquée, XV, 121-137.
  12. Porquier, R., Frauenfelder U. (1980). Enseignants et apprenants face à l’erreur, in : Le français dans le monde, 154, in : Marquilló Larruy M. (2003). L’interprétation de l’erreur, Paris : Cle International/VUEF.